AccueilEconomie[Artisan] Le pouvoir des fleurs

[Artisan] Le pouvoir des fleurs

Sébastien Philip est à la tête de deux boutiques de fleurs, à Saint-Martin-de-Crau et à Arles. Son objectif ? Faire rêver ses clients et leur proposer du sur-mesure.
[Artisan] Le pouvoir des fleurs
O. Real - Sébastien Philip a ouvert deux boutiques à Arles et Saint-Martin-de-Crau

Economie Publié le ,

Sébastien Philip prévient d’emblée : « Je suis un fleuriste pas tout à fait comme les autres ». Exemple de particularité relevée : une de ses deux boutiques n’a pas de nom et ne propose que des fleurs blanches éclairées à la bougie… Autre exemple significatif :

« Mes boutiques ne sont pas situées aux endroits habituels pour un commerce et ne sont pas forcément visibles. A croire que j’aime me tirer une balle dans le pied ! »

Parmi ses clients : des grands noms de la banque et de l’assurance, mais aussi un certain nombre d’hôtels et de restaurants haut de gamme. Et puis des clients particuliers ; mais là encore avec des demandes bien spécifiques. « Nous ne vendons pas des bégonias », ironise l’artisan dont les compositions florales mêlent fleurs naturelles, fruits, branchages, feuillages, mousse, etc.

Déplacement

Cet apprenti fleuriste devenu salarié est à la tête, depuis bientôt 20 ans, de sa société baptisée Cecilia Flors (une boutique à Saint-Martin-de-Crau et une autre à Arles). Ses clients préfèrent dire « chez Sébastien ». Et pour cause, il entretient un rapport assez particulier avec ses fidèles acheteurs dont certains habitent à l’étranger.

« J’ai l’habitude de me déplacer chez eux pour bien comprendre leurs attentes et leur faire des propositions sur-mesure. »

Pour un mariage, par exemple, il ne s’agit pas uniquement de concevoir des compositions florales. Il faut également penser aux nappes, aux tables et à tous les autres supports. Il réalise aussi des centres de table pour égayer un dîner chic entre amis. Il conseille également dans le cadre d’un agencement de terrasse ou lors de la décoration d’un espace piscine. « Finalement, je pourrai à terme créer une filiale dédiée à l’événementiel. J’aime l’idée de tout maîtriser et donc de sublimer les fleurs. »

La contrepartie de cette activité dédiée aux VIP ? Beaucoup de travail.

« Du lundi au dimanche, il y a des choses à faire. C’est une drôle de vie, passionnante mais prenante. Sans saison calme. »

Il est du reste déjà en train de remplir son carnet de commandes pour la saison 2016.

Chaque semaine dans les Nouvelles Publications, retrouvez le portrait d'un artisan.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?