AccueilEconomieAlseamar prête à approfondir l’exploration sous-marine autour de Mayotte

Alseamar prête à approfondir l’exploration sous-marine autour de Mayotte

Alseamar, fabricant de planeurs sous-marins à Rousset, espère être mobilisé par le Comité interministériel de la mer pour évaluer l’activité volcanique à 3 500 m de fond à Mayotte. Deux de ses engins s’y emploient déjà jusqu’à 1 000 mètres.
Deux de ses « Sea Explorer » patrouillent depuis septembre 2021 dans une colonne d’eau partant de la surface jusqu’à 1 000 mètres de profondeur.
Alseamar - Deux de ses « Sea Explorer » patrouillent depuis septembre 2021 dans une colonne d’eau partant de la surface jusqu’à 1 000 mètres de profondeur.

Economie Publié le ,

C’est une nouvelle prouesse technologique qu’Alseamar souhaite concrétiser dans les eaux de Mayotte. Implantée à Rousset, l’entité du groupe Alcen a conçu et développé des planeurs sous-marins (gliders) aptes à se déplacer en autonomie dans l’eau durant de longues périodes afin d’y collecter des données. Deux de ses « Sea Explorer » patrouillent depuis septembre 2021 dans une colonne d’eau partant de la surface jusqu’à 1 000 mètres de profondeur pour aider les scientifiques à surveiller la zone maritime autour d’un volcan sous-marin, à détecter des panaches indiquant l’état d’activité volcanique et à comprendre les phénomènes qui s’y passent.

Selon l’Ifremer qui coordonne les opérations Revosima (Réseau de surveillance volcanologique et sismologique de Mayotte), « ce jeu de données est unique dans l’histoire de la volcanologie et de l’océanographie ». Le Comité interministériel de la mer (CIMer) veut accroître cette surveillance jusqu’à 3 500 mètres dans le cadre de l’ambition « Grands fonds » de France 2030.

Alseamar dispose déjà d’un prototype « Deep Explorer » susceptible de plonger jusqu’à 3 000 mètres et a commencé la R&D d’un appareil « Ultra Deep Explorer » qui irait jusqu’à 6 000 mètres. La société d’une centaine de collaborateurs espère disposer prochainement du cahier des charges qui lui permettra de mettre au point et industrialiser l’engin attendu pour Mayotte par le CIMer, mais qui pourra répondre à d’autres applications futures. Alseamar réalise 20 millions d’euros de chiffre d’affaires dont 50 % à l’export.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 septembre 2022

Journal du26 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

Journal du 02 septembre 2022

Journal du02 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?