AccueilDroit et ChiffreAlexandra Barberis, une avocate aux multiples facettes

Alexandra Barberis, une avocate aux multiples facettes

Me Alexandra Barberis, qui a créé le cabinet @LEX Avocats, accompagne les PME et les ETI dans leur stratégie juridique, en particulier dans la protection des marques, le droit du numérique et de l’Internet.
Alexandra Barberis, une avocate aux multiples facettes
J.-P. Enaut - @LEX Avocats offre à ses clients une vision complète des risques juridiques à un coût maîtrisé. « Nous apportons une réponse précise dans le cadre d’une prestation à l’année. Nous sommes sollicitées quand les PME ont besoin de nous », précise sa fondatrice Alexandra Barberis.

Droit et Chiffre Publié le ,

En 2021, le cabinet @LEX Avocats a rejoint le prestigieux classement du magazine Les Décideurs.« C’est le fruit de notre travail d’accompagnement des chefs d’entreprise sur le long terme », réagit Alexandra Barberis, sa fondatrice, aux côtés de Manon Maggiorino, juriste, et Lisa Martens, consultante externe en communication. Depuis 12 ans, le cabinet marseillais accompagne les entreprises dans leurs opérations de sécurisation contractuelle, la construction d’une stratégie juridique et la maîtrise des risques. En choisissant la direction juridique externalisée, @LEX Avocats offre à ses clients une vision complète des risques juridiques à un coût maîtrisé. « Nous apportons une réponse précise dans le cadre d’une prestation à l’année. Nous sommes sollicités quand les PME ont besoin de nous », précise-t-elle.

L’enjeu est d’optimiser la prévention dans le conseil juridique, de privilégier la négociation, de trouver des alternatives pour ne pas aller au litige et au contentieux. L’équipe a à cœur de défendre des valeurs, la proximité, la simplicité et la bienveillance. Ce sont ces valeurs et l’appréciation des entreprises clientes qui ont conduit Les Décideurs à référencer le cabinet. « Nous sommes fières qu'il soit classé dans le top 3 en matière de droit informatique et de droit des données personnelles, et premier en matière de pratiques réputées. Pour une première, c’est une vraie satisfaction », se réjouit-elle.

Propriété intellectuelle 

Après des études de droit, Alexandra Barberis s’est d'abord investie dans le milieu économique en tant que juriste d’entreprise. Elle rentre tout d’abord au groupe Galeries Lafayette où elle gère un portefeuille de 700 marques et noms de domaine pour Monoprix. En 2000, elle se spécialise en propriété intellectuelle. « J’ai collaboré au sein d’un opérateur en téléphonie dans le droit des marques. C’étaient les prémices dans ce secteur », confie-t-elle.

Après ces expériences enrichissantes, elle revient à Marseille en 2008, passe par le CFPA (Centre de formation à la profession d’avocat) et devient avocate. « J’ai prêté serment en 2009, puis j’ai fait mes premières armes chez un confrère pendant neuf mois. » Dans un contexte économique difficile avec la crise des subprimes, elle choisit pourtant de créer sa propre activité, le cabinet @LEX Avocats qui accompagne les PME et les ETI dans leur stratégie juridique, en particulier la protection des marques. « La propriété intellectuelle n’était pourtant pas la priorité des entreprises à ce moment-là. Les clients étaient rares », évoque-t-elle. Baignant dans un milieu familial où l’entreprise est au cœur des préoccupations, elle travaille sur le droit des contrats.« C’était cependant une période de crise sur un secteur où je n’étais pas attendue. Je n’étais pas connue », avoue-t-elle.

A côté du droit, l'avocate, qui dispose d’un DESS en NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication), se découvre une réelle passion pour le codage. « Ces droits n’existaient pas. En matière de dépôt de noms de domaine, c’était une véritable jungle, à l’opposé du droit des marques. » C’est une nouvelle ère qui s’ouvre. « Je travaille sur la sensibilisation des PME aux enjeux de sécurité informatique, et notamment sur le fléau de la cybermalveillance », confie-t-elle. Des déjeuners-débats sont organisés sur des thèmes comme sécurisation et innovation ou le fichier clients. « Nous avons un public pointu, ce qui donne lieu à des échanges de bonnes pratiques », explique-t-elle.

Ses engagements

Outre son cabinet, Alexandra Barberis s'est tout au long de son parcours engagée dans divers associations. En 2009, elle intègre Entrepreneuri’Elles, association de femmes chefs d’entreprise. Puis elle rentre à la CPME 13 dans laquelle elle reste dix ans. Il y a quatre ans, elle a intégré le Clusir (Club de la sécurité des systèmes d’information régional). Elle devient très rapidement vice-présidente en charge du territoire d’Aix-Marseille.

Fin 2019, elle a pris la présidence du Gefluc (Groupement des entreprises françaises dans la lutte contre le cancer) Marseille-Provence. Cette association fait de la prévention et de l’aide à la recherche via une collecte de fonds. « Nous avons ainsi recueilli 150 000 euros la première année et 180 000 euros la seconde. Les fonds sont ensuite redistribués à l’Institut Paoli-Calmettes, l'Inserm et le CNRS. » 45 % des personnes malades travaillent. « Nous nous adressons aux entreprises et aux salariés et tentons de savoir comment les personnes atteintes vivent leur maladie », confie-t-elle.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?