AccueilEconomieAix-Marseille French Tech étoffe la résistance des start-up

Aix-Marseille French Tech étoffe la résistance des start-up

Face à la crise sanitaire, Aix-Marseille French Tech lance de nouveaux dispositifs d'appui. Pour son président, Pascal Lorne, la période doit permettre de repenser des modèles.
Aix-Marseille French Tech étoffe la résistance des start-up
J.-C. Barla - Pour Pascal Lorne, la période est une « chance historique » pour revoir les approches au travail.

Economie Publié le ,

« L'écosystème a bien résisté au confinement, à quelques exceptions près. Cette crise peut être un accélérateur de solutions d'avenir », confie Pascal Lorne, président d'Aix-Marseille French Tech, en soulignant le rôle d'amortissement joué par l'Etat, Bpifrance ou les collectivités locales dans l'accompagnement des entrepreneurs (PGE, chômage partiel…). Qu'en sera-t-il du deuxième qui a commencé le 30 octobre ? AMFT a pris les devants en lançant French Tech Central, une plateforme interactive, associant une dizaine de partenaires (Urssaf, Pôle emploi, Direccte, INPI, Team France Export…), pour que chaque start-up obtienne des réponses à ses interrogations.

Le dirigeant de GoJob (agence d'intérim 100% digitale basée à Aix-en-Provence) se veut positif :

« C'est évident que cette période d'incertitude est pénible pour les start-up, que des secteurs sont plus chahutés que d'autres, mais il faut en profiter pour challenger son offre, la faire évoluer, trouver des moyens d'aller chercher des clients différemment… Les start-up sont réputées pour leur agilité, la généralisation de la digitalisation peut accélérer la mise sur le marché de solutions et technologies innovantes qui vont aider à la transformation des entreprises, même si des investissements de clients potentiels risquent d'être freinés par le contexte. Il faut prendre confiance en soi, garder confiance, ne pas avoir peur, en se rappelant que Google ou Facebook ont émergé durant des crises. »

Attirer les expatriés

AMFT a mis également en ligne un « Livre Blanc des métiers en startups », considérant qu'ils restent méconnus ou soumis à des préjugés. Pascal Lorne voit en effet dans la situation actuelle « une opportunité de recruter des talents comme jamais » et même d'attirer des Français expatriés aux Etats-Unis ou en Asie qui ont mesuré la différence en matière de prise en charge du chômage, de système de santé, voire de conditions de confinement. « Des dizaines de grandes pointures du secteur reviennent ou sont prêtes à venir avec femmes et enfants, conscientes de la solidité du modèle français », assure-t-il, lui-même ayant récemment renforcé son staff avec des profils internationaux. Selon lui, ces retours pourraient enrichir les entreprises existantes mais régénérer aussi la filière par des créations nouvelles.

« J'ai créé des sociétés dans plusieurs pays. Les entrepreneurs sont mieux accompagnés ici, ont accès à des démarches administratives désormais simplifiées, à des financements généreux pour démarrer… Quel autre Etat offre un dispositif de maintien des droits au chômage pendant deux ans pour lancer son projet d'entreprise ? C'est un terrain favorable et un atout incomparable pour l'attractivité du territoire. »

A ses yeux, le télétravail auquel nous sommes à nouveau confrontés n'a pas fini de faire évoluer perceptions et pratiques. « En renvoyant tout le monde à la maison pendant deux mois, le confinement du printemps constitue un point de repère commun qui transcende les générations et les classes sociales. Cette expérience humaine collective doit servir de référence pour agir avec pragmatisme. Parce que le lien social reste important, le 100 % télétravail ne fonctionne pas, mais il faut favoriser un équilibre où l'on valorise plus le résultat d'un travail que le présentéisme au bureau. L'efficacité importe. Cette responsabilisation liée au résultat laisse la liberté d'y parvenir depuis chez soi, de détecter aussi plus facilement les comportements abusifs. Il faut que la législation suive, que les contrats de travail s'adaptent… Qu'on y mette un peu de discipline et beaucoup d'humain. C'est du bon sens. Il y a une chance historique pour y réfléchir. »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?