AccueilOxygèneAix : l’ivresse de la couleur avec le peintre Raoul Dufy

Aix : l’ivresse de la couleur avec le peintre Raoul Dufy

Jusqu’au 18 septembre, l’Hôtel de Caumont, un très bel hôtel particulier du XVIIIe siècle à Aix, accueille plus de 90 œuvres de Raoul Dufy. Une idée à retenir pour l’été, d’autant que l’on peut y déjeuner dans les jardins.
Raoul Dufy, Atelier au torse, vers 1942, huile sur bois, 45 x 54 cm, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Legs de Mme Berthe Reysz en 1975, photo : Paris Musées / Musée d'Art Moderne
Adagp, Paris, 2022 - Raoul Dufy, Atelier au torse, vers 1942, huile sur bois, 45 x 54 cm, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Legs de Mme Berthe Reysz en 1975, photo : Paris Musées / Musée d'Art Moderne

Oxygène Publié le ,

Majoritairement issues du Musée d’Art moderne de Paris, mais aussi de collections publiques et privées, les œuvres réunies à l’Hôtel de Caumont, à Aix, témoignent d’une virtuosité certaine dans les techniques les plus diverses. Huile, aquarelle, dessin, gravure, céramique… le peintre Raoul Dufy explorait bien des techniques. L’exposition « L’Ivresse de la couleur » retrace l’ensemble de la carrière du peintre, en mettant en valeur les liens étroits que ce Normand, d’abord influencé par les Impressionnistes et les Fauves, devait tisser des années durant avec la Provence et l’œuvre de Cézanne.

Raoul Dufy, témoin de son siècle

C’est en 1908, lors d’un voyage en compagnie de Braque sur les terres cézaniennes, que Dufy découvre une œuvre qu’il continuera à explorer jusqu’en 1914. Baigneuses, fêtes nautiques, bateaux, paysages, bleu du ciel et de la mer… sont désormais au cœur de sa recherche et de ses préférences.

L’exposition présente également les illustrations que le peintre a réalisées pour différents romans et poèmes d’écrivains de son époque. On y retrouve Colette, Gide, Apollinaire, Dorgelès. On laisse le temps s’arrêter et l’œil vagabonder d’un dessin à un autre, d’une palette à une autre palette. On relit quelques phrases. On se souvient… Bonheur de la redécouverte. Perfection de l’instant. On s’attarde. On met en mémoire tel ou tel détail. Une coupe de fruits, des personnages qui dansent et s’étreignent, des bateaux, un champ, le souffle du vent, la solitude d’une maison… bientôt il sera temps de s’éloigner. De revenir peut-être… pour les salons historiques de l’hôtel de Caumont, sa cour d’honneur, ses jardins paisibles ponctués d’arbres, de fontaines, de parterres réguliers et d’élégantes fleurs blanches, sans oublier son café Caumont, pour profiter d’un déjeuner ou d’un tea time, au cœur du quartier Mazarin.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?