AccueilImmobilierAix-en-Provence : la Ville approuve la cession de l’ancien couvent des Prêcheurs à la Chancellerie

Aix-en-Provence : la Ville approuve la cession de l’ancien couvent des Prêcheurs à la Chancellerie

Les élus aixois ont voté le principe de la vente de l’ancien couvent des Prêcheurs au ministère de la Justice. L’acte qui porte sur un montant de 12,6 M€ sera signé le 22 décembre. Sans clause suspensive.
Le chantier de réhabilitation de l’ancien couvent sera piloté par l’agence publique pour l’immobilier de la Justice (APIJ).
D. R. - Le chantier de réhabilitation de l’ancien couvent sera piloté par l’agence publique pour l’immobilier de la Justice (APIJ).

Immobilier Publié le ,

12,6 millions d’euros : c’est le montant que va investir le ministère de la Justice pour acheter à la Ville d’Aix-en-Provence l’ancien couvent des Prêcheurs, écrin classé situé juste en face des palais Monclar et Verdun, sièges de la première cour d’appel de province. Ce prix figure dans la délibération votée ce 13 décembre par le conseil municipal. Il est légèrement inférieur au tarif annoncé par Sophie Joissains, mi-octobre. A l’époque, l’édile aixoise avait avancé le montant de 13,2 millions d’euros.

Aix en Provence : la Justice va revenir aux Prêcheurs

L’écart s’explique par la configuration particulièrement complexe de cet édifice flanqué d’une église érigée à la fin du XVIIe siècle (l’église de la Madeleine). « On cède le foncier occupé par l’ancien collège. La vente de certains tènements fonciers implique d’effectuer une division en volume. Une procédure compliquée », a indiqué Odile Bonthoux, adjointe déléguée au foncier et à la gestion des propriétés communales. Autre difficulté : le statut hybride de l’édifice, ancien couvent déclassé dont certains espaces restent parés d’une vocation cultuelle. L’ancien déambulatoire des dominicains situé sur l’arrière, côté rue Chastel, a conservé son caractère religieux. Sa cession nécessite donc le sésame, non pas du Saint-Esprit, mais de l’archevêque. Celui-ci doit autoriser le déclassement de cette portion de l’ancien couvent avant que le préfet puisse à son tour donner son feu vert administratif. « Les délais étaient trop longs. Pour acter la vente à la Chancellerie avant la fin 2022, il fallait que les élus se prononcent lors du dernier conseil municipal de l’année », a précisé Frédéric Notari, secrétaire général de la Ville. La cession de ce tènement divin interviendra dans un second temps.

Une fois ces ultimes ajustements administratifs réalisés, le prix de vente devrait atteindre comme prévu le montant de 13,2 millions d’euros.

Pas de clause suspensive pour le couvent des Prêcheurs

La délibération votée ce mardi 13 décembre contient des précisions. La première : la vente est dénuée de clause suspensive. Et la Chancellerie autorise la ville à conserver la jouissance du lieu durant trois ans à compter de la signature de l’acte authentique, le 22 décembre 2022. La municipalité de son côté a imposé une clause d’affectation : l’édifice devra être dédié au service public de la justice.

Philippe Klein, ancien bâtonnier élu d’opposition du groupe Aix au cœur aurait aimé que la Ville aille plus loin en proposant d’inclure un pacte de préférence imposant un retour de l’ouvrage dans le giron de la collectivité en cas de revente par l’Etat. Une mesure qui se heurtait elle aussi au délai de signature extrêmement serré. « Les discussions avec la Chancellerie ont été longues et compliquées. Il fallait avancer au risque sinon de voir le projet capoter », a ajouté Frédéric Notari. Dernière clause de l’acte : les travaux de réaménagement de l’ancien couvent devront être achevés avant fin 2032.

Cette cession au ministère de la justice a fait consensus au sein du conseil. « C’était la meilleur solution ! » pour Marc Pena, leader du groupe Aix en partage. L’ancien doyen de la faculté de droit s’est réjoui de voir l’écrin « ne pas devenir un siège social paré de guirlandes et de chapeaux... sic ».

Aix-en-Provence : la Justice s’intéresse au couvent des Prêcheurs

Une ouverture en question

La seule incertitude concerne l’ouverture au public de l’édifice. Plusieurs élus ont demandé des garanties sur ce point. A priori, le cloître devrait rester accessible, avec un filtrage effectué par des portiques de sécurité. Promesse en a été faite par le premier président de la cour d’appel Renaud Le Breton de Vannoise. Rappelant les difficultés d’accès aux palais que rencontrent au quotidien les avocats, Philippe Klein est saisi d’un doute. « Qu’en sera-t-il pour le grand public ? », a interrogé l’ancien bâtonnier. « Je rêve d’un bâtiment entièrement traversant. En faire une condition sine qua non était compliqué. Encore une fois, il fallait signer l’acte avant la fin de l’année », a insisté Sophie Joissains.

couvent-aix
« Je rêve d’un bâtiment entièrement traversant. En faire une condition sine qua non était compliqué. Encore une fois, il fallait signer l’acte avant la fin de l’année », a insisté Sophie Joissains. (Crédit : D.R.)

Un écrin de 4 500 m2 de surface de plancher

En mettant la main sur ce site patrimonial de 4 500 m2, la cour d’appel va pouvoir pousser les murs et regrouper les juridictions civiles actuellement dispersées sur tout le territoire : Duranne, Jas de Bouffan, centre-ville... Le chantier de réhabilitation de l’ancien couvent sera piloté par l’agence publique pour l’immobilier de la Justice (APIJ). Montant de l’investissement : 60 millions d’euros, frais d’acquisition compris. L’entrée dans les Prêcheurs permettra à la première cour d’appel de province d’offrir une cure de jouvence au palais Verdun, écrin historique érigé sur l’emprise de l’ancien palais comtal au début du XIXe siècle par l’architecte Michel-Robert Penchaud. Cette opération tiroir précèdera l’installation définitive des juridictions civiles dans leurs nouveaux locaux.

602 personnes

A défaut de drainer des touristes comme le laissait augurer l’hypothétique musée Picasso, objet de quatre ans de négociations avortées avec Catherine Hutin, la belle-fille du peintre espagnol, le déploiement de la Justice dans l’ancien couvent des Prêcheurs va permettre de conforter la dynamique économique du centre ville d’Aix-en-Provence. L’effectif de la cour d’appel devrait en effet progresser de 27 %, passant de 474 à 602 personnes (dont 215 magistrats et 255 fonctionnaires).

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 février 2023

Journal du03 février 2023

Journal du 27 janvier 2023

Journal du27 janvier 2023

Journal du 20 janvier 2023

Journal du20 janvier 2023

Journal du 13 janvier 2023

Journal du13 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?