AccueilEconomieAix-en-Provence : la seconde jeunesse des calissons Léonard Parli

Aix-en-Provence : la seconde jeunesse des calissons Léonard Parli

Le fabrique de calissons Léonard Parli vient d’ouvrir une quatrième boutique à Aix-en-Provence. Une nouvelle implantation qui couronne le renouveau de l’entreprise dont le chiffre d'affaires a doublé depuis sa reprise par Pierre Gignoux en 2018.
Aix-en-Provence : la seconde jeunesse des calissons Léonard Parli
M. Debette - Pierre Gignoux, chef d’entreprise aguerri, a repris l’entreprise de calissons Léonard Parli en mai 2018.

Economie Publié le ,

Depuis quelques semaines, la fabrique de calissons Léonard Parli a ouvert une nouvelle boutique au 21, rue d’Italie à Aix-en-Provence. Une implantation qui n’est pas due au hasard car elle bénéficie d’un flux de fréquentation important, notamment de touristes. Mais cette quatrième boutique de la marque dans la cité du Roy René permet surtout de renouer avec le lustre d’une maison créée en 1874 et qui fut dirigée durant 144 ans par la famille et les descendants de son fondateur, Léonard Parli.


Car depuis sa reprise, en mai 2018, par l’Aixois Pierre Gignoux, Parli a connu un très beau développement dans une période pourtant mouvementée pour le commerce. « Nous avons développé de nouvelles gammes de produits, dont le chocolat, et nous avons recruté des chocolatiers pour ce marché important qui offre de belles perspectives », souligne le repreneur.

Pour insuffler un nouveau dynamisme à la marque, Pierre Gignoux a également misé sur la distribution. « Nous avons refait la boutique historique de la rue Victor-Hugo, ouvert des boutiques et des points de vente en propre supplémentaires, et renforcé notre réseau de revendeurs », poursuit le nouveau propriétaire. Des initiatives qui ont porté leurs fruits puisqu’en quatre ans, le chiffre d’affaires a doublé pour atteindre 2 M€ malgré la crise sanitaire.

Un savoir-faire perpétué

Un pari gagné alors qu’au moment de reprendre l’emblématique fabrique de calissons, le repreneur ignore tout du produit. « Avec mon épouse Valérie, nous étions en discussion depuis deux ou trois ans avec Renée Maucort, l’ancienne propriétaire, qui souhaitait transmettre sa fabrique. Comme nous étions tous les deux en pleine reconversion professionnelle après avoir cédé nos entreprises, cela nous a permis d’accélérer le processus de reprise de cette belle institution aixoise », se souvient Pierre Gignoux. Il met à profit cette période de négociation pour analyser ce marché qu’il ne connaissait pas, ravi de reprendre « un produit plaisir, haut de gamme, très identitaire et représentatif de l’histoire de notre ville d’Aix avec une production artisanale qualitative », précise-t-il.

A l’heure d’analyser ce succès, le dirigeant souligne la chance qu’il a eu d’avoir pu reprendre l’ensemble du personnel, porteur du savoir-faire de Parli. « Aujourd’hui encore, ils sont tous présents dans notre effectif, se réjouit-il. D’autres talents nous ont rejoints et ce sont les anciens qui leur ont transmis cette expertise dont deux qui, ensemble cumulent plus d’un siècle dans l’entreprise. » Des effectifs qui ont doublé depuis la reprise, passant en quatre ans d’un peu moins de dix salariés à plus de vingt aujourd’hui.

Une mini-casserie

Et le dirigeant ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « Notre grand projet pour cette année est la plantation de 3 000 amandiers sur dix hectares en pays d’Aix, ce qui marquera davantage notre ancrage sur le territoire et permettra d’améliorer encore la qualité de nos produits, explique Pierre Gignoux. C’est mon fils, Léopold, jeune agriculteur, qui exploite cette nouvelle amanderie. »


Sa volonté est de développer dans trois ans une micro-casserie, lorsque les amandiers produiront leurs premiers fruits. L’objectif est de l’ouvrir aux petits producteurs tout en gardant la traçabilité pour rester dans le local.

Il souhaite également obtenir l’appellation « Calisson d’Aix » que porte l’Union des fabricants du calisson d’Aix-en-Provence (UFCA). Un dossier a été déposé à l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) en fin d’année 2021.

D’autres projets sont encore au stade de la réflexion, comme l’ouverture d’une cinquième boutique. Autant d’ambitions pour continuer à développer l’entreprise et la faire rayonner.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 juin 2022

Journal du24 juin 2022

Journal du 17 juin 2022

Journal du17 juin 2022

Journal du 10 juin 2022

Journal du10 juin 2022

Journal du 03 juin 2022

Journal du03 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?