AccueilEconomieAirbus Helicopters résolument tourné vers le futur

Airbus Helicopters résolument tourné vers le futur

Le 22 novembre, l’hélicoptériste a inauguré son nouveau centre d’assemblage de chaînes de transmission. Une manière d’affirmer sa détermination à se relever d’une crise qui a impacté toute la filière aéronautique.
Airbus Helicopters résolument tourné vers le futur

Economie Publié le ,

Si l’industrie du futur a besoin d’une image symbole, le centre « N7 » d’assemblage de chaînes de transmission d’Airbus Helicopters lui en apporte une éclatante. D’une propreté absolue, similaire à une salle blanche alors qu’on y monte des systèmes mécaniques, connecté, automatisé, sous température régulée à 26°, le bâtiment conçu et réalisé par Demathieu Bard, Caire Architectes et WSP s’étend sur 7 260 m2 dont 1 580 m2 de bureaux. Environ 200 compagnons interviennent sur l’activité de fabrication, maintenance et réparation de ces ensembles dynamiques stratégiques pour un hélicoptère puisqu’ils se situent entre les moteurs et le rotor. « Chaque industrie doit s’adapter à son marché, il faut sans cesse trouver de nouvelles solutions », indique Bruno Even, président d’Airbus Helicopters qui annonce, pour l’ensemble du projet, un investissement de 53 millions d’euros.

Thierry Chaumont : « Notre région peut être la terre d’excellence d’une industrie vertueuse »

A ses yeux, l’hélicoptère a montré son rôle « essentiel » durant la crise, notamment dans le cadre des évacuations sanitaires, mais aussi lors des catastrophes naturelles, des incendies, pour protéger les populations. Le carnet de commandes a baissé, les effets de l’effondrement des marchés devraient, selon lui, se ressentir jusqu’en 2023, les aides apportées par l’Etat et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur ont été « cruciales » pour préserver activité industrielle et emplois, mais la détermination à rebondir dans ce contexte compliqué reste vive pour continuer à affirmer le site de Marignane comme « pôle d’excellence ».

Provence-Alpes-Côte d'Azur : la filière aéronautique fait décoller sa résilience

Ergonomie et valeur ajoutée

A l’intérieur du « N7 », tout est neuf, à commencer par les 41 stations d’assemblage, mais aussi dans les méthodes d’approvisionnement, de fourniture et de stockage des pièces, composants, outils et quincailleries, tracés de bout en bout pour une sûreté absolue grâce à des codes et des objets connectés. « La traçabilité est stratégique dans nos métiers », insiste Bruno Even, pendant qu’une jeune fille, ingénieure, entrée sur le site grâce à l’apprentissage, expose toutes les transformations positives que les technologies vont apporter aux équipes. De grands écrans détaillent les opérations en attente ou en cours de préparation, en transit ou en stationnement, des robots transportent des éléments en toute autonomie d’un atelier à l’autre, affranchissant les opérateurs des tâches les plus pénibles ou sans valeur ajoutée. « Sur les stations de montage, tout est à portée de main du compagnon », précise un autre ingénieur, en insistant sur le soin apporté à l’ergonomie du poste de travail. « Chacun sait sa place et son importance dans la chaîne d’assemblage », souligne un troisième, une donnée considérée aujourd’hui comme majeure quand les salariés sont en quête de sens dans leur entreprise.

Demain, un nouveau banc d’essais des systèmes d’assemblage, qualifié d’unique au monde par Bruno Even, viendra s’ajouter à ces équipements, plus en amont, grâce à l’appui financier de la Région et de l’Etat. Le sous-préfet d’Istres, Régis Passerieux, a d’ailleurs conclu son discours en se réjouissant que ce site reflétait « une industrie qui s’incarne dans la réalité ». Renaud Muselier, président de la Région, a pour sa part rappelé combien la filière aéronautique accumulait les atouts sur le territoire que ce soit à Marignane, à Istres avec le pôle aéronautique qui veut se transformer en « Roissy de la Défense », les dirigeables avec Stratobus, les drones civils et militaires avec le centre d’essais de Pourrières… « L’industrie est un secteur d’avenir pour la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, nous devons investir et miser sur l’innovation, la décarbonation et la formation. Nous devons soutenir les innovations de rupture, investir dans l’intelligence artificielle, la robotisation et bâtir les usines du futur. C’est ainsi que nous gagnerons notre souveraineté et que nous réindustrialiserons notre pays. »

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?