AccueilEconomieAérodrome Aix-Les Milles, une feuille de route pour limiter les nuisances

Aérodrome Aix-Les Milles, une feuille de route pour limiter les nuisances

Usagers, riverains, gestionnaires et représentants de l’Etat ont signé une feuille de route qui dessinera l’avenir de l’aérodrome Aix-Les Milles. Elle sera assortie d’un arrêté de restriction.
Les avions électriques se font leur place sur l’aérodrome.
M. Debette - Les avions électriques se font leur place sur l’aérodrome.

Economie Publié le ,

Il aura fallu près de deux années « pour co-construire et finaliser la feuille de route de l'aérodrome Aix-Les Millesavec des discussions entre acteurs qui ne sont pas nécessairement d’accord sur son évolution et son avenir. Nous avons entendu chacun d’entre eux pour que, au-delà des horizons et des revendications différentes, nous arrivions à trouver un chemin et à converger sur un plan d’actions », a indiqué Bruno Cassette, sous-préfet de l’arrondissement d’Aix-en-Provence. Si l’aérodrome est important pour le développement économique et l’attractivité du bassin du pays d’Aix, il est régulièrement pointé du doigt en raison des nuisances qu’il génère, notamment pour les riverains.

« Cette feuille de route, qui couvre la période 2021-2024, est imparfaite, probablement complexe, mais telle est la réalité de nos travaux. Ce qui est peut-être le plus important est qu’elle est partagée par tous les acteurs de la base, en tout cas ceux qui ont vocation à la représenter. Pour moi, c’est quelque chose de majeur », a-t-il insisté.

Il a précisé qu’il y avait un impératif. D’abord au titre des services de l’Etat dans le cadre de la concession, car il y avait une absence de documents écrits. Une charte a bien été signée en 2007, mais depuis, plus rien. « Et puis, la situation s’est dégradée en matière de gouvernance. Il y a donc eu une rupture de confiance. Le travail que nous avons conduit va nous servir de guide pour déboucher, à terme, sur une nouvelle charte », a ajouté le sous-préfet.

Le plan d'Edeis pour faire décoller l'aérodrome d'Aix-Les Milles

Des efforts ont été faits

Cette feuille de route est donc un outil de travail qui fait un point de situation et fixe des lignes directrices et des actions à réaliser. L’objectif étant une réduction des licences et des nuisances les plus bruyantes. Elle tient compte de la situation constatée en 2021 avec plus de 70 000 mouvements, c’est-à-dire au-delà de tous les seuils évoqués ou signés par le passé.

Des efforts ont été entrepris par les usagers comme l’arrivée des avions électriques qui, s’ils ne sont pas totalement silencieux, nuisent moins à l’environnement. Des usagers qui, majoritairement, ont accepté de se soumettre à la classification Calipso (classification des avions légers selon leur indice de performance sonore mis en place par la Direction générale de l’aviation civile au niveau national) et donc de reconnaître le degré de bruit de leurs avions. Ce qui leur permet d’avoir une activité "normale" sur l’aérodrome.

Avec Elektropostal, il y a de l’électricité dans l’air !

Un arrêté de restriction

Le message le plus important est sans conteste celui de requérir un arrêté de restriction. Ceux qui dérogeraient à cet acte réglementaire lourd pourraient être fortement pénalisés. « Cet aérodrome peut vivre, peut être actif, peut se développer, mais sous réserve de certaines conditions dont un développement maîtrisé en tenant compte des problématiques de chacun des acteurs. Il faut que toutes les activités soient construites de manière structurée, professionnalisée. Cet arrêté de restriction fait rentrer mécaniquement cet aérodrome dans une logique de fonctionnement », prévient Bruno Cassette.

Sur les 70 000 mouvements de 2021, « si nous enlevons les mouvements des avions électriques, des avions classés Calipso A, le trafic de la sécurité civile, nous avons identifié un peu plus de 53 000 mouvements dits bruyants. C’est clairement ce volume que nous voulons tous voir diminuer drastiquement. Des mesures seront mises en place dans les semaines qui viennent », a insisté le sous-préfet. La première sera de limiter les tours de pistes d’entraînement pour les avions non basés sur le site de l’aérodrome. La deuxième limitera ceux des avions non classés Calipso A. La troisième mesure consiste à concilier la production d’hélicoptères, qui présente des enjeux économiques, et la tranquillité des riverains. L’activité de parachutisme ayant fortement décollé, la quatrième mesure consistera à mieux l’intégrer. « D’ici la fin du premier semestre 2023, toutes les mesures qui ne font pas l’objet de contraintes administratives trop lourdes seront mises en œuvre », a précisé le sous-préfet.

Les signataires de la feuille de route

Bruno Cassette, sous-préfet de l’arrondissement d’Aix-en-Provence
Eric Chevalier, adjoint de quartier, ville d’Aix-en-Provence
Anouck Elbois, directrice Edeis, gestionnaire de l'aérodrome
Direction générale de l’aviation civile Sud-Est
François Cadet, collectif de riverains CD2A
Antoine Le Masson, CIQ Millois
Bruno Guimbal, Helicoptères Guimbal
Hervé Bérardi, CEO Fly Provence
Françoise Heilmann, chef de projet Elektropostal
Mohamed Laqhila, député de la 11e circonscription des Bouches-du-Rhône

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 février 2023

Journal du03 février 2023

Journal du 27 janvier 2023

Journal du27 janvier 2023

Journal du 20 janvier 2023

Journal du20 janvier 2023

Journal du 13 janvier 2023

Journal du13 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?