AccueilDroit et ChiffreA Marseille, la justice donne de la voix
VIDEO

A Marseille, la justice donne de la voix

Magistrats, greffiers ou encore avocats. Tous étaient unis ce mercredi 15 décembre à Marseille pour dénoncer le manque de moyens attribués à la justice.

Droit et Chiffre Publié le ,

Rarement les marches du palais Monthyon avaient connu une telle animation. Ce mercredi 15 décembre, à Marseille, les magistrats, greffiers, avocats mais aussi les contractuels ou partenaires de juridiction ont choisi la musique « qui d’habitude adoucit les mœurs » pour dénoncer le manque de moyens attribués à la justice. « Aujourd’hui, elle sera plutôt vent de révolte. » Révolte contre les moyens insuffisants face à la forte demande de justice ; révolte face à la perte de sens de leurs missions ; révolte contre ces délais d’audience plus longs mais des jugements qu’il faut rendre dans un temps plus court ; révolte contre « une insécurité juridique permanente », comme le souligne le bâtonnier du barreau de Marseille, Jean-Raphaël Fernandez.

Voir notre reportage vidéo sur cette manifestation en haut de l'article

Autant de problèmes qui, s’ils ne sont pas nouveaux, ressurgissent en cette fin d’année 2021 en soutien à une tribune publiée dans Le Monde par des professionnels de justice, à la suite du suicide de l’une d’entre eux à l’été. Autant de problèmes qui font également consensus au sein des différents corps de justice si bien qu’« une intersyndicale très large s’est constituée, et même au-delà », indique Clara Grande, juge d’instruction et déléguée du Syndicat de la magistrature, soulignant « que les deux principaux syndicats de magistrats ont appelé à la grève. C’est la première fois que cela arrive dans l’histoire de la magistrature ».

Un besoin encore plus fort à Marseille

« On a des besoins insuffisants pour répondre à cette forte demande, et encore plus à Marseille, de justice », juge encore Clara Grande. « C’est une ville très paupérisée, où les contentieux sont criants que ce soit au niveau des affaires familiales, de la protection des enfants en danger, du surendettement... » Le bâtonnier du barreau de Marseille Jean-Raphaël Fernandez de compléter : « Il y a un besoin de droit, une demande de droit à laquelle nous essayons de répondre, côté barreau avec la commission d’office et l’accès au droit de manière générale ; et côté tribunal. Mais quand vous manquez de moyens, vous ne pouvez pas permettre à chacun un accès rapide et efficace à la justice. »

Les avocats marseillais vent debout contre l’atteinte au secret professionnel

Par ailleurs, elle abrite l’une des plus importantes juridictions de France. « On se tient dans les chiffres de Bobigny, la deuxième juridiction pénale de France après Paris », précise Nathalie Roche, juge d’instruction à Marseille et co-déléguée du Syndicat de la magistrature. « La particularité de Marseille, c’est que l’on a énormément de fonctions spécialisées : un pôle santé publique, accident collectif, propriété individuelle ou collective, juridiction interrégionale spécialisée s’occupant de la Corse... », poursuit-elle. « C’est pour l’ensemble de ces raisons que nous avons réclamé, et c’est quand même exceptionnel, que l’inspection judiciaire vienne voir l’état de la juridiction et donne des moyens supplémentaires. »

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?