Fermer la publicité

A Aix-en-Provence, le Domaine & Cie devient le Domaine Gaogaïa

le - - Oxygène

A Aix-en-Provence, le Domaine & Cie devient le Domaine Gaogaïa
D.R. - C'est ensemble que père et fils ont investi dans le Domaine Gaogaïa pour cibler une clientèle de professionnels et de particuliers.

L'ancienne ferme du XVIIIe, anciennement exploitée par la famille Guiochon, a été rachetée cet hiver par les Roy. Rebaptisée le Domaine Gaogaïa, elle vient d'ouvrir ses portes. Ses propriétaires nous en disent plus sur son nouveau positionnement.

Cadre et décoration repensés par l'architecte marseillaise Delphine Sauvaget, carte imaginée par le chef étoilé Yannis Lisseri... L'ancien petit restaurant du Domaine & Cie et son hôtel laissent la place à une nouvelle entité. Acheté cet hiver par la famille Roy, père et fils, le Domaine Gaogaïa a connu cinq mois de travaux pour se métamorphoser. « Il existait déjà un service de restauration minimum attenant à l'hôtel », explique Martin Roy, qui dirige le restaurant avec son frère Robinson. « Nous avons complètement refondu l'ensemble en rénovant la cuisine, ainsi que tous les espaces pouvant accueillir des clients pour créer "Gaodina" un restaurant à part entière au sein du domaine. »

L'ancien chef du restaurant marseillais Péron, Yannis Lisseri, a donc été recruté pour composer la carte ainsi que ses tapas. « Le midi, l'ambiance se veut "brasserie", tandis que le soir, nous proposons une carte de chef », souligne Martin. A la carte, la clientèle a le choix entre un gravelax de saumon, une côte de veau cuite à la braise ou encore, un pain perdu et sa glace passion. Les tapas à partager sont en ce moment du poulpe, lui aussi cuit à la braise, une burrata géante, des planchas et des cromesqui de bœuf. Idéal pour des after-work en terrasse, au bord de la piscine.

La famille Roy

Si les deux frères aixois ont fait leurs armes dans la restauration sur Paris, Gaodina est bien leur premier projet personnel. « C'est la première fois que nous sommes propriétaires d'un établissement et notre ambition a toujours été de revenir dans le Sud », précise Robinson Roy, plutôt dédié à l'équipe de salle du restaurant, son frère supervisant la brigade. Quand on leur demande pourquoi leur père les a rejoints dans cette création, ils nous apprennent qu'il « a toujours rêvé d'avoir un hôtel, il avait même visité ce domaine il y a dix ans. » « Lorsque nous avons décidé de nous associer entre frères pour acheter un restaurant, l'occasion était parfaite pour lui, qui rentrait juste de Dubaï. C'est donc lui qui s'occupe de la gestion des 18 chambres du domaine ».

Leur objectif d'ouverture, suite à la crise sanitaire, est bien sûr décalé. « Nous espérons une croissance de 150 % d'ici 2024 mais comptons recruter une dizaine de personnes d'ici deux ans. » L'hôtel est actuellement classé trois étoiles, mais si la montée en catégorie a été envisagée un temps, elle reste à ce jour en stand-by. « L'hôtel ayant déjà été rénové en 2015, nos investissements se sont concentrés sur les espaces extérieurs [notamment le parc de 1 500 m2, NDLR], la cuisine et les salles de restaurant », conclut Robinson Roy.




Alexandra Zilbermann
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer