AccueilDroit et Chiffre« Être expert-comptable de justice est une démarche personnelle enrichissante »

INTERVIEW « Être expert-comptable de justice est une démarche personnelle enrichissante »

C'est la première femme à présider la section Aix-en-Provence de la Compagnie nationale des experts-comptables de justice. Engagée au sein de sa profession, Carole Bollani-Billet est donc expert de justice, membre du bureau de la Compagnie régionale des commissaires aux comptes et associée du cabinet A3A à Marseille.
« Être expert-comptable de justice est une démarche personnelle enrichissante »
F. Delmonte - Carole Bollani-Billet a été élue présidente de la section Aix-en-Provence de la CNECJ en avril.

Droit et Chiffre Publié le , par

LNP : Vous êtes la première femme à présider la section Aix-en-Provence de la Compagnie nationale des experts-comptables de justice. Est-ce un symbole important pour vous ?
Carole Bollani-Billet : Quand j'ai intégré la compagnie régionale en 2010, nous étions seulement trois femmes pour 50 experts. En 2021, nous comptons 19 expertes et je suis la première femme à présider cette association. C'est un symbole et une bonne chose effectivement qui correspond à ma volonté de donner une image nouvelle de cet engagement et de la profession.

Quel est l'intérêt pour un expert-comptable de devenir expert de justice ?
C'est une démarche personnelle enrichissante d'un point de vue intellectuel. J'avais envie d'être confrontée à des problématiques différentes que celles que je traite dans le cadre de mon activité professionnelle. Cette mission, car ce n'est pas un travail, oblige à se poser de nombreuses questions et à y apporter des solutions. C'est nécessaire afin de bien accompagner les juges dans leur réflexion. Notre rôle est de leur apporter un éclairage technique et indépendant. Cet engagement, en dehors de notre travail classique, enrichit notre réflexion et notre expérience. En retour, on gagne en compétence et ouverture d'esprit. On peut en faire profiter notre cabinet.

Quelle est la nature des dossiers sur lesquels vous intervenez ?
Mes missions sont souvent liées à l'évaluation de préjudices économiques. Par exemple, dans le cadre des travaux mis en œuvre par la métropole Aix-Marseille Provence, la collectivité a eu l'initiative intéressante de mettre en place une démarche amiable visant à indemniser dans des délais courts les préjudices d'exploitation, en lien de causalité direct avec ces travaux, subis par les professionnels riverains. La collectivité a travaillé avec les experts-comptables de justice pour inventer une méthode homogène et égalitaire afin d'évaluer les préjudices. Mais nous pouvons aussi intervenir sur des sujets de divorce, d'évaluation des parts d'une entreprise, ou de mise en cause d'un confrère dans l'exercice de ces missions. Nous sommes également sollicités par des avocats, en tant qu'experts de partie, dans le cadre de la constitution d'un dossier, afin de réaliser des chiffrages venant en soutien de leurs demandes.

Comment devient-on expert-comptable de justice ?
C'est une démarche volontaire, à faire auprès du tribunal judiciaire qui transmet notre candidature à la Cour d'appel. Une démarche similaire doit être faite auprès de la Cour administrative d'appel. Une formation initiale doit être suivie. Les experts-comptables de justice vont être choisis pour leurs compétences et leur technicité. N'oublions pas qu'ils doivent apporter des éclairages techniques et neutres aux juges. C'est pour cette raison que les experts désignés le sont en fonction de leur expérience. Il y a également une enquête de moralité, réalisée par la police. Nous sommes tenus à une obligation de probité et d'éthique. Le dossier est réétudié tous les 5 ans et notre activité réexaminée.

Comment fonctionne la section régionale que vous présidez et quel est son rôle ?
C'est une association loi de 1901 qui regroupe les experts-comptables de justice investis prés la Cour d'appel d'Aix-en-Provence et de la Cour administrative d'appel de Marseille. Nous sommes 56 membres actifs, 9 honoraires, ce qui en fait la deuxième section par son importance après celle de Paris. En France, nous comptons autour de 500 membres. Chaque section est autonome. L'association est là pour renforcer les relations entre les magistrats et les experts. Nous organisons également des formations et un colloque pendant lequel magistrats, avocats et experts se retrouvent pour échanger sur un thème. Nous allons cette année organiser le congrès national : il se tiendra du 14 au 16 octobre à Marseille sur le thème « L'expert-comptable de Justice et les préjudices en matière de concurrence »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?