Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Zone touristique et industrie au menu de l'UPE 13

le - - Economie

Zone touristique et industrie au menu de l'UPE 13
J. P. Pierrat - François Bourrasse, Johan Bencivenga, Thierry Zarka et Marc Bayard.

Lors de son désormais traditionnel déjeuner mensuel avec la presse, Johan Bencivenga, président de l'UPE des Bouches-du-Rhône, n'a pas hésité à mettre les pieds dans le plat en abordant plusieurs sujets polémiques du moment.

Extension de la zone touristique au centre de la cité phocéenne, impact économique de la grève de la SNCF, et enfin, industrie polluante montrée du doigt, autant de sujets polémiques qui auraient pu couper l'appétit. Il n'en a rien été. Au cours de son désormais traditionnel déjeuner mensuel avec la presse, Johan Bencivenga, président de l'UPE 13, a servi volontiers les arguments défendus pas son organisation patronale.

Sur la décision municipale prise récemment d'étendre la zone touristique au centre de Marseille, s'il ne se montre pas contre sur le principe, bien au contraire, le patron des patrons des Bouches-du-Rhône s'étonne cependant de l'absence de concertation préalable de la part des institutions locales, et s'interroge sur l'étendue du périmètre.

« On n'étend pas une zone qui ne marche pas, estime-t-il avant de poursuivre. Il y a un problème de phasage, et quid de la convention signée l'été dernier entre les partenaires sociaux ? Si l'on veut ouvrir les commerces le dimanche, il faut créer les conditions pour : sécurité, propreté, parking, animation… Ce que nous proposons, c'est de faire de l'hyper-centre une zone franche urbaine. »

L'impact de la grève

Plus convenue a été la position du syndicat patronal sur la grève intermittente au long cours enclenchée par les cheminots qualifiés « d'hurluberlus » qui se tromperaient d'époque. « Celle-ci a déjà coûté à Marseille 20 à 30 % de réservations de nuitées et autres en moins pour le secteur de l'hôtellerie, c'est déjà trop ! », s'est insurgé Johan Bencivenga.

Enfin, avec François Bourrasse, Marc Bayard, et Thierry Zarka, respectivement président et vice-président du GIMF (Groupement maritime et industriel de Fos), et président de l'UPE 13 Etang de Berre, il a plaidé pour le développement industriel autour de l'étang de Berre. La zone a de nouveau été mise en cause après de récents nuages de pollution et des rapports alarmants. Tous quatre ont argué en particulier des améliorations et des progrès, notamment technologiques, déjà effectués et poursuivis par les industriels pour lutter contre la pollution de l'air et réduire leurs impacts environnementaux. Pour eux, l'emploi, qu'ils chiffrent entre 80 à 100 000 en ce qui concerne l'industrie autour de l'étang de Berre, reste compatible avec la santé.

Le chiffre à retenir

1 milliard d'euros : c'est le montant total des investissements qui auraient été consacrés dans la région pour réduire l'impact de la pollution industrielle, selon les responsables de l'UPE 13 et du GIMF.




J. Philippe PIERRAT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide