Fermer la publicité

La transition numérique au congrès des professions du chiffre et du conseil

le - - Actualité juridique

La transition numérique au congrès des professions du chiffre et du conseil
D.R. - Lionel Canesi est président du Conseil régional de l'ordre des experts-comptables.

Plus de 1 000 participants sont attendus les 11 et 12 juillet à Juan-les-Pins (Alpes-Maritimes) pour le Congrès régional des professionnels de l'audit, du chiffre et du conseil organisé par le Conseil régional de l'ordre des experts-comptables et la Compagnie régionale des commissaires aux comptes. Double interview des présidents, Lionel Canesi et Farouk Boulbahri.

Lionel Canesi, président du Conseil régional de l’ordre des experts-comptables Marseille Paca : "Ne laisser personne au bord du chemin"

Les Nouvelles Publications : Pourquoi avoir choisi comme thème de votre congrès « La transition numérique pour tous » ?
Lionel
Canesi
 : L’ordre a pris à bras-le-corps le dossier de la transition numérique, avec un objectif : ne laisser personne au bord du chemin. Tous les cabinets d’expertise comptable sont concernés. Certains sont prêts, d’autres pas encore… C’est pour cette raison que le thème du congrès est celui du numérique. Nous voulons profiter de ce rendez-vous de la profession pour nous projeter à 5 ans et répondre à la question suivante : quel sera mon exercice professionnel en 2022 ?

Comment est conçu ce rendez-vous ?
Au terme de notre congrès, il faut que les participants repartent avec un plan numérique à appliquer. Du concret ! Nous avons choisi des ateliers et des intervenants qui apporteront des idées claires et précises à mettre en œuvre. C’est de cette façon qu’ont été conçus nos ateliers et deux plénières. On va faire venir notamment Jean Saphores, un des meilleurs sachant de la profession, qui a inventé jedeclare.com. Il va nous dire ce que sera la profession dans 5 ans. Il fait partie de ceux qui ont travaillé sur le coffre-fort électronique, la signature et la facture numérique.

Concrètement, quels sont les outils numériques à utiliser quand on est un expert-comptable ?
La signature, la facture électronique et le coffre-fort numérique. Il s’agit des trois outils à savoir utiliser, au minimum.

Où en sont les clients de la profession ?
Ils commencent à nous fournir des documents électroniques, des box pour la transmission de documents. Aujourd’hui, la majorité de nos clients arrivent avec leur sacoche, avec à l’intérieur leurs documents papiers. Demain, ça n’existera plus. Ce seront des factures électroniques. Il faut que la profession s’approprie cela et se prépare.

Où en est l’administration fiscale ?
Au niveau du contrôle fiscal, on donne le FEC [Fichier des écritures comptables, NDLR] qui est déjà numérique. L’administration intègre ça dans son logiciel et voit les anomalies, ce qui est une sacrée évolution dans ses procédés.

Farouk Boulbahri, président de la Compagnie régionale des commissaires aux comptes Aix-Bastia : "Mutualiser les moyens"

Les Nouvelles Publications : Où en est la profession de commissaire aux comptes dans cette transition numérique ?
Farouk Boulbahri : Elle a bien conscience, dans son ensemble, qu’il y a une évolution de nos métiers à tous les niveaux. En 10 ans, elle a déjà beaucoup évolué avec les normes internationales et européennes. Il y a aussi la sécurité des données à prendre en compte en tant qu’auditeur. C’est pour ces raisons qu’il faut s’adapter.

Comment la compagnie régionale peut accompagner les commissaires aux comptes ?
En proposant des formations professionnelles et en organisant par exemple ce congrès. C’est pour cette raison qu’il est important que la profession se mobilise et vienne. Nous allons nous poser des questions très simples et essayer d’y apporter des réponses pratiques. Où en sera la profession en 2020 ? Comment exercer notre métier ? Nous allons en débattre et ouvrir des fenêtres. Aujourd’hui, de nombreuses solutions n’existent pas encore. Il va falloir anticiper.

Comment anticiper quand on est un cabinet de commissaire aux comptes ?
Aujourd’hui, les commissaires aux comptes doivent auditer de plus en plus de fichiers numériques. Pour répondre à cette demande, ils doivent faire évoluer leurs équipes, en proposant des formations informatiques, ou en embauchant de nouvelles compétences. Des salariés avec des nouveaux profils plus tournés vers le numérique : informaticiens, spécialistes réseaux, etc.

Les petits cabinets ont-ils les moyens de se préparer à cette transition numérique ?
Il est intéressant de ne pas rester isolé et de mutualiser ses moyens pour répondre aux besoins futurs. C’est pour cela qu’il faut créer des pouls.

Qui dit données numériques dit risque accru de piratage. Où en êtes-vous de l’Observatoire de la cybercriminalité ?
Il a bien été lancé par la profession avec un certain nombre de partenaires. Nous en serons à la troisième réunion en juillet*.  Une alerte a déjà été lancée à notre réseau. L’idée est de sensibiliser les partenaires de cet observatoire, ainsi que les collaborateurs et clients de nos cabinets. L’état d’esprit de l’observatoire est le suivant : nous ne serons efficaces et opérationnels que si nous travaillons de façon collective.

* Lors d’une interview accordée en janvier dernier Farouk Boulbahri expliquait au sujet de l’observatoire : « La profession se doit d’être vigilante sur ces attaques, surtout sur les nouvelles arnaques informatiques, les chevaux de Troie, les arnaques au président, etc. L’idée est d’y associer l’ensemble des acteurs mobilisés dans la lutte contre la cybercriminalité : notre profession et celle frère des experts-comptables, le parquet, notamment sa division financière, le tribunal de commerce, la gendarmerie et sa cellule de lutte contre la cyberattaque, la police judiciaire, le club des utilisateurs en sécurité informatique, l’assureur Euler qui assure le risque en matière de cybersécurité. L’objectif est de nous réunir une fois par mois pour échanger sur les menaces et les façons d’y faire face. On veut aussi créer des fiches pratiques pour sensibiliser nos confrères. Un blog Internet sera aussi créé, afin d’échanger et de réagir très vite. Nous serons pilote en France sur cet observatoire. »




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide