Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

La Cepac et la Caisse des dépôts au soutien des grands projets en Paca

le - - Finance

La Cepac et la Caisse des dépôts au soutien des grands projets en Paca
W. Allaire - Richard Curnier, directeur régional de la CDC et Alain Lacroix, président du directoire de la CEPAC.

Sans la Caisse des dépôts et la Caisse d'épargne Provence-Alpes-Corse le développement de la région Paca ne serait pas tout à fait le même. Les deux banques sont en effet engagées dans une dizaine de grands projets structurants.

Quel point commun entre thecamp, la tour La Marseillaise, Smartseille, le technopôle de la mer de Toulon, le projet Cap cinéma de Manosque ? Tous ces projets ont pour co-investisseurs la Caisse des dépôts (CDC) et la Caisse d'épargne Provence-Alpes-Corse (Cepac). Au total, les deux banques sont impliquées dans une dizaine d'opérations structurantes dans la région Paca. Un pipe line de programmes qui représente 60 000 mètres carrés de plancher pour 286 millions d'euros de valeur immobilière. Cet engagement était le fil rouge du point presse organisé ce 13 octobre par Alain Lacroix le président du directoire de la Cepac et Richard Curnier, le directeur régional de la CDC.

« Investisseurs patients »

« Nous sommes unis par la même ambition de participer à la transformation du territoire », avance Alain Lacroix. « Notre ADN est d'être des investisseurs de long terme. Nous sommes patients », ajoute Richard Curnier. Dans la bouche de son homologue de la Cepac, cela donne : « Nous ne sommes pas là pour faire un virage sur l'aile comme les fonds en quête de rentabilité immédiate. Nous veillons à la pérennité des investissements ».

L'investissement des deux banques ne se limite pas à la sphère immobilière. Elles détiennent ainsi 63% du capital de P Factory, l'accélérateur de start-up lancé par Patrick Siri et Bertrand Bigay. Elles ont également participé au financement de la centrale à biomasse de Brignoles (coût 90 millions d'euros). Cette unité d'une puissance de 21,5 MW a été développée par IVB, une société détenue par Altawest et la CDC, avec le soutien financier de la BPI, de la Cepac et de son homologue azuréenne.

Du cinéma à thecamp...

En septembre, la CDC et la Cepac sont entrées au capital de la société qui porte le projet de cinéma de Manosque. Cette SCI, filiale de l'exploitant Cap Cinéma, va réaliser d'ici la fin 2018 un multiplexe de 8 salles (1 256 places) sur une parcelle de 1 600 mètres carrés cédée par la ville via un bail à construction. Le montant de l'investissement s'élève à 7,7 millions d'euros, dont 4,1 millions pour les murs du complexe, le solde (3,6 M€) concernant les travaux d'aménagement réalisé par l'exploitant et l'immobilier porté par la SCI.

Autre projet phare : thecamp. En novembre 2015, les deux banques ont acquis – via un contrat de promotion immobilière (CPI) signé avec Redman – ce campus de l'innovation (8 182 m2) inauguré fin septembre. « Avec la société Booster Invest, créée par Frédéric Chevalier, nous détenons chacun 33% du capital de la société propriétaire des murs », avance Alain Lacroix. Les deux banques ont ainsi injecté chacune 4,07 millions de fonds propres dans le programme. Un engagement auquel la Cepac a ajouté un prêt de 10,5 millions d'euros à la société porteuse du projet (aux côtés du Crédit Agricole).

Dans le tour de table de la tour...

A Marseille, CDC et Cepac sont aux côtés de Swiss Life Reim les investisseurs qui portent la tour La Marseillaise (38 000 m2 de SP sur 30 étages). Les deux banques ont injecté chacune 27 millions en fonds propres soit un tiers du capital et des comptes courants de la SCI aux côtés de Swiss Life Reim.

Le solde de l'investissement (soit 120 M€) est financé par un emprunt souscrit auprès du Crédit Foncier, de BPI Financement et de la Banque Postale Crédit Entreprises. A moins d'un an de la livraison de cet IGH signé Jean Nouvel, les banquiers affichent leur optimisme : « A ce jour, nous enregistrons 110% de demandes de réservation », se félicite Alain Lacroix. Parmi ces preneurs pas rebutés par le niveau particulièrement élevé des loyers (plus de 300 euros/m2/an HT HC), on recense la métropole AMP (12 étages) Orange (4 étages), le World Trade Center de la CCIMP (2 étages), la Cepac (2 étages), Haribo (1,5 étage), SNEF (1 étage), Constructa (1 étage), Sodexo (1 étage) et Swiss Life Reim (1 étage).




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide