Fermer la publicité

Eric Négron, nouveau Premier président de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence

le - - Actualité juridique

Eric Négron, nouveau Premier président de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence
D. R. - Eric Négron est le nouveau Premier président de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence.

Eric Négron, est le nouveau Premier président de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence. Si son installation officielle aura lieu le 22 septembre, il a pris ses fonctions le 18 août, succédant à Chantal Bussière qui a fait valoir ses droits à la retraite. Il a accepté de se livrer lors d'un entretien.

Que représente pour vous de devenir Premier président de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence ?
Je viens de la Cour d’appel de Montpellier, qui est la 7ème Cour d’appel de France, où je suis resté trois ans. Et je suis heureux d’arriver à Aix-en-Provence qui est la 2ème Cour d’appel après Paris. C’est une progression normale. C’est vrai qu’il y a une forme de lien entre Montpellier et Aix-en-Provence. D’ailleurs, deux de mes prédécesseurs venaient de Montpellier. Il y a beaucoup de traits communs entre les trois Cours d’appel du Sud (Montpellier, Nîmes et Aix-en-Provence). Ce sont des territoires où on gagne des dizaines de milliers d’habitants chaque année. Ce sont aussi des territoires où il y a un taux de contentieux en matière civile qui est largement supérieur au Nord de la France.

Quelles autres similitudes entre ces deux Cours d’appel ?
Lorsque je suis arrivé de Lille à Montpellier, j’ai été  très étonné de constater le taux de contentieux qui est phénoménal. Rapporté au nombre d’habitants, il est beaucoup plus important que dans d’autres Cours, et en particulier en matière civile (les référés, les consultations civiles). En matière pénale, ce sont des régions où il y a une forte criminalité. La direction de la police judiciaire de Marseille est compétente pour toute la côte de Collioure à Menton, avec des SRPJ (service régional de police judiciaire) qui sont très importants à Montpellier et Marseille. Lorsqu’on est en poste à Montpellier, on a l’habitude de gérer des caractéristiques contentieuses qui sont spécifiques au Sud de la France. Et que vous ne retrouvez pas ailleurs sur le territoire national. Ça, c’est intéressant à noter ! Autre caractéristique, la forte population pénale et carcérale.

Retrouvez l'intégralité de cette interview, ainsi que notre dossier sur la rentrée judiciaire, dans les Nouvelles Publications en date du 15 septembre. Pour vous abonnez cliquez ici.

Son parcours

Agé de 56 ans, Eric Négron est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris en 1983, section service public. Puis, en 1992, d’un MBA en stratégie, innovation et technologie de l’information à l’institut Theseus de Sophia Antipolis. Depuis 1988, il a eu un parcours professionnel bien rempli. Juge d’instruction au tribunal de grande instance (TGI) d’Auxerre, magistrat à la Chancellerie chargé de mission pour l’élaboration du plan de modernisation de la Justice, chef de projet utilisateur du « système de référence justice », chef du bureau des services informatiques à la direction de l’administration générale et de l’équipement, coordonnateur du service administratif régional de la Cour d’appel de Paris, président des TGI de Châteauroux, Limoges et Lille. En 2014, il est nommé premier président de la Cour d’appel de Montpellier avant de prendre les rênes, en 2017, de celle d’Aix-en-Provence, la deuxième Cour d’appel du pays.




Martine DEBETTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide