Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Des établissements bancaires, acteurs de l'économie locale

le - - Finance

Des établissements bancaires, acteurs de l'économie locale
M. Debette - Frédéric Ronal : "Nous représentons ceux qui financent l'économie".

Cette année, encore plus que les autres, les résultats annuels des banques locales ont été annoncés dans une certaine discrétion. Certaines n'ont du reste pas convoqué la presse pour commenter les chiffres. Et d'autres ont publié discrètement un communiqué avec les principaux chiffres de la banque.

Frédéric Ronal, le nouveau président du Comité régional des banques Paca de la Fédération bancaire française (FBF), le reconnaît : « la communication des résultats annuels des banques est un sujet très délicat, sensible. Si les résultats sont bons, les critiques fusent. Il n’y a rien qu’à voir comment sont accueillies les grandes banques nationales quand elles font écho de leurs bons chiffres. » Force est de constater qu’une banque n’est jamais perçue comme une entreprise comme les autres. « Il y a en France une relation à la banque qui est toujours compliquée », constate Frédéric Ronal. Avec un paradoxe de taille : « quand on demande lors des enquêtes de satisfaction "Que pensez-vous de la banque ?", les avis sont systématiquement mauvais. Mais quand vous posez aux mêmes personnes la question "Que pensez-vous de votre banque ?", il y a 94 % d’avis favorables ! »

Le constat est sans appel : dans la tête de beaucoup de personnes, il y a une différence de taille entre les banques en général et sa banque, son banquier. « Aujourd’hui, dans la région, les banques ont des excellentes relations avec les acteurs du territoire. Nous faisons le job, les gens le reconnaissent. Du reste, sur le territoire, nous sommes souvent sollicités, nos avis sont écoutés. Nous représentons ceux qui financent l’économie », résume Frédéric Ronal.

Cepac, des fondamentaux au service d’une nouvelle dimension

L’année 2016 a constitué un tournant dans l’histoire de la Caisse d’épargne Cepac. « C’est l’année où nous avons acquis une nouvelle dimension et renforcé nos fondamentaux », résume Alain Lacroix, président du directoire de la Caisse d’épargne Cepac. Malgré un contexte économique atone, la Caisse d’épargne a poursuivi sa dynamique en 2016. La banque affiche un Produit net bancaire (PNB) à 788 M€ (contre 716 M€ en 2015). Son résultat net s’est élevé l’an dernier à 158 M€ (contre 157 M€ en 2015).

Actrice de l’économie des territoires où elle est présente, la Caisse d’épargne Cepac est à la fois un prêteur et un investisseur de premier plan. En 2016, ses encours de crédit ont enregistré une hausse de 5 %, totalisant près de 23 milliards d’euros, portés par la production de 4,4 milliards d’euros de nouveaux crédits. Les ressources issues des dépôts des clients qui lui font confiance totalisent 34 milliards d’euros à fin 2016, en stagnation par rapport à l’année précédente. « Ces résultats vont lui permettre de poursuivre la conquête de nouveaux clients, aux premiers rangs desquels les premium et les jeunes », précise la banque.

SMC, confia​nte pour l’avenir

La Société marseillaise de crédit (SMC) enregistre en 2016 de bonnes performances commerciales. Son fonds de commerce, en hausse de 3 %, atteint 377 000 clients dont 42 000 professionnels et entreprises. L’année dernière, ce sont 32 000 nouveaux clients qui ont rejoint la banque marseillaise. Les encours de dépôts enregistrent une progression de 10,5 % à 6,5 milliards d’euros. La SMC met également en avant sa contribution au financement de l’économie de ses territoires : elle a distribué près de 1,8 Md€ de crédits en 2016. Les encours de crédit progressent de 10,5 % à 6 Md€, tirés par la production de prêts immobiliers. Le financement à destination des professionnels et des entreprises est resté dynamique avec une croissance de 5,5 % de l’encours. « En deux ans, l’encours de crédit de la Société marseillaise de crédit a progressé de près de 25 % », précise la banque.
Grâce à ce dynamisme commercial, la SMC, dans un contexte de taux très bas pénalisant sa marge sur dépôts, affiche une légère croissance de 0,5 % de son produit net bancaire. Le résultat net à 71,4 M€ est quant à lui quasi stable par rapport à 2015 qui a bénéficié d’une plus-value de cession de titres de 9,7 M€. « Pour 2017, dans un contexte toujours marqué par la faiblesse des taux d’intérêt, les contraintes réglementaires, les profondes mutations des habitudes des clients et des offres bancaires, la Société marseillaise de crédit reste confiante », indique la banque.

Les chiffr​es clés du Crédit agricole Alpes Provence

Le Crédit agricole Alpes Provence (CAAP) a fait réaliser un flyer sur lequel sont affichés ses résultats 2016, non commentés. Les résultats financiers sont en baisse avec un PNB à 367 M€ (- 13,5 %) et un résultat net à 80,6 M€ (- 9,7 %). L’activité commerciale quant à elle est bonne. Les encours de collecte s’élèvent à 18 482 M€ (+ 4,1 %) et les encours de crédit atteignent 12 917 M€ (+ 5,1 %). La banque, dont le siège social est à Aix-en-Provence, poursuit son développement et ses partenariats.

Premier rapport d’activité de la Banque populaire Méditerranée

L’activité de la Banque populaire Méditerranée en 2016 a été marquée par le contexte économique de la région, largement dépendant du tourisme. « Ce secteur a naturellement été impacté par l’attentat de Nice, suivant ceux de Paris en 2015, provoquant une baisse importante de la fréquentation de la clientèle d’origine étrangère. Néanmoins, certaines zones touristiques ont connu des évolutions plus favorables, la Corse notamment. Enfin, l’année 2016 a été une très bonne année pour l’immobilier, en soutenant le secteur du BTP qui est le deuxième pilier de notre économie régionale », explique la banque. Les résultats commerciaux de 2016 ont été marqués par le contexte de taux très bas qui s’est prolongé tout au long de l’année. L’activité de crédit a atteint un niveau très élevé, voisin de celui de 2015 qui était déjà une année record. A titre d’exemple, 2,3 milliards de nouveaux crédits ont été accordés l’année dernière. L’épargne s’est orientée également en fonction de ce contexte de taux. Ainsi, les ressources monétaires ont connu une évolution de + 3,9 % en moyenne, portée par les dépôts à vue (+ 10 %) et, dans une moindre mesure, par l’épargne logement. Le PNB, quant à lui, affiche 361,8 millions d’euros à décembre 2016. La banque précise également, qu’« un produit exceptionnel a été enregistré lors de la cession de l’immeuble du Roy d’Espagne à Marseille de sorte que le résultat net atteint 41,5 M€ ».




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide