Fermer la publicité

Bouches-du-Rhône : un marché de l'immobilier stable et serein selon les notaires

le - - Marché

Bouches-du-Rhône : un marché de l'immobilier stable et serein selon les notaires
F. Delmonte - Les notaires ont présenté les chiffres de l'immobilier le 13 septembre lors d'une conférence de presse

Le Conseil départemental des notaires a dévoilé les tendances de l'immobilier dans les Bouches-du-Rhône pour 2017. Cette étude exclusive est réalisée à partir de la base Perval des notaires, qui enregistre plus de 13 millions de ventes.

Malgré une année électorale source d’incertitudes, « le marché de l’immobilier dans les Bouches-du-Rhône reste stable au niveau des prix, serein, le volume des ventes ayant augmenté significativement, et sain car cette augmentation des volumes ne s’est pas accompagnée d’une augmentation des prix » a révélé le 13 septembre Maître Pierre Milan, le président de la Chambre départementale des notaires. Si la situation peut paraître bonne, « deux facteurs pourront infléchir à l’avenir cette évolution » prévient le président des notaires : les taux d’intérêts et une aggravation de la fiscalité immobilière.

Volume des ventes en augmentation

Sur le département, le volume des ventes a augmenté de 10,4 % sur tous les biens confondus. Les prix ont grimpé de 2,5 % : 3,3 % dans les appartements anciens et 1,8 % dans les maisons anciennes. « Nous n’avons pas constaté de bulle immobilière » résume Me Milan.

A Marseille

A Marseille, pas de surprise, le 8e arrondissement reste le plus cher. Le prix médian au m2 pour un appartement ancien se situe autour de 3 100 € contre 2 270 € en moyenne à Marseille, comme en 2016. Les prix restent stables dans « les 3e, 4e, 5e, 6e, 9e, et 11e arrondissements ». La hausse est significative dans le 7e et le 14e : + 6 % et + 11,6 %. « Si Marseille maintient ses prix, et si les taux bancaires restent bas, elle pourrait alors attirer les faveurs de nouveaux investisseurs qui souhaiteraient obtenir une meilleure rentabilité locative » analysent les notaires.

A Aix

C’est « le retour des acquéreurs », avec une « stabilité des prix » constatent les notaires. La mise en place du Plan local d’urbanisme de 2015 avec l’ouverture de foncier constructible a conduit à une augmentation des prix des terrains. En conséquence le prix de l’immobilier dans le neuf reste élevé, « mais stable ».  Il est à souligner que le secteur des biens « rares » à plus d’un million d’euros est à la peine.

Est du département

L’Est du département, et de Marseille, attire les familles de la capitale provençale en recherche d’un peu plus de superficie, d’un jardin et de proximité.

Pays de Salon

Le pays salonais connaît le même tropisme avec Aix-en-Provence que l’Est du département avec Marseille. Les familles aixoises, en recherche d’espace, y achètent des maisons ou villas. En conséquence, une hausse du prix de l’immobilier est à noter.

Alpilles

Un phénomène récent touche le nord du département. Dans les villages des Alpilles le marché du neuf est en augmentation dans ses volumes. En revanche, les communes du nord des Alpilles manquent de terrain à bâtir. La cause ? Des PLU non encore validés.

Retrouvez dans les Nouvelles Publications en date du 22 septembre notre dossier complet sur les chiffres de l'immobilier dans les Bouches-du-Rhône, avec les chiffres des notaires.




Frédéric DELMONTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide