Fermer la publicité

BDP : une boucherie familiale qui casse les codes

le - - Artisanat

BDP : une boucherie familiale qui casse les codes
D.R. - Ouvrir une boucherie au milieu d'une zone industrielle et commerciale, c'est le pari réussi par Henri Goirand.

Installer un commerce de bouche au milieu d'une zone industrielle : c'est le pari pris, en 2003, par Henri Goirand. Ouverte avec trois salariés, la Boucherie de la Pioline compte désormais un effectif de 20 personnes.

En échangeant par téléphone avec Henri Goirand, le patron du groupe aixois BDP (Boucherie du Palais, Boucherie de la Pioline), impossible d'imaginer son âge. A 78 ans, cet artisan est clairement en avance sur son temps. Alors qu'il est à la tête, depuis des années à Aix-en-Provence, d'une boucherie installée en plein centre-ville, il n'hésite pas à en ouvrir une deuxième, en 2003, à Aix-les-Milles, au milieu d'une zone industrielle et commerciale.

« Il faut s'adapter aux nouvelles habitudes des clients et prospects. Aux nouvelles façons de faire du commerce. Certains ont beaucoup de mal à venir en centre-ville, à se garer. A marcher. C'est un voyage en Amérique qui m'a ouvert les yeux », résume Henri Goirand.

Vingt salariés

Conséquence ? La Boucherie de la Pioline diffère totalement de son premier établissement d'Aix-en-Provence. « Ici, les lieux sont faciles d'accès et disposent d'un grand parking. » Le local est spacieux et comprend une très grande diversité de produits. « Les personnes se déplacent ici pour de grands paniers. Nous leur offrons à la fois un prix, de la bonne qualité et une qualité de service attractifs. » Et force est de constater que la recette marche. « Nous avons commencé l'aventure à trois et nous sommes 20 aujourd'hui », illustre Henri Goirand. Pourtant, comme il le précise lui-même, « nous nous situons au milieu de vendeurs de voitures et nous sommes le seul commerce de bouche à proximité ! ».

Il faut dire que même si la zone des Milles n'a pas le charme d'un centre-ville, l'ambiance au sein de la boucherie est très familiale. « Nous travaillons en famille, dans les deux magasins. Avec mes filles, mes beaux-fils et les petits-enfants. » Le dynamisme des équipes séduit également la clientèle de plus en plus nombreuse.

Il suffit de parcourir les sites Internet des deux boucheries ou les sites Facebook pour comprendre qu'il ne s'agit pas de boucheries comme les autres.

Retrouvez chaque semaine sur le site internet et dans les pages des Nouvelles Publications nos portraits d'artisans, en partenariat avec la Chambre de métiers et de l'artisanat de région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnements (à partir de 55€/an).​



Caroline DUPUY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide